Carnet

Vue 184 fois
17 septembre 2020
Portrait - Un bon vin se reconnaît aussi à son bouchon

Francis BONNEL Ingénieur Ensaia Industries Alimentaires (1977)

 

Petit fils et fils de brasseurs dans le Nord de la France, Francis a baigné dès son plus jeune âge dans l’univers de la brasserie. C’est ce qui lui a donné envie de savoir comment se fait la bière, d’étudier la biochimie puis de choisir la filière industrielle de l’Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie et des Industries Alimentaires de Nancy.

LE VIN L’A CONQUIS

Après un passage dans l’industrie laitière en Bretagne, il rejoint l’industrie brassicole dans le Nord de la France. Puis il prend la responsabilité d’une société de conditionnement de vin : traitement des vins, choix des bouteilles, bouchons et capsules, investissements, gestion du personnel, etc. Pendant 28 ans, il évolue au sein de l’entreprise qui connaît plusieurs restructurations. C’est là qu’il apprend le métier du vin, parce qu’il faut décider le conditionnement de chaque lot, au point de vue analytique et gustatif.   Il a pour mission de stabiliser le vin (centrifugation, collage, traitements œnologiques,  etc.)   pour   assurer sa conservation en bouteille et sa distribution dans le monde entier. Francis est passionné par le produit, la transformation de la matière brute en produit fini, jusque sa consommation.

Son goût pour le vin, Francis le cultive lors de ses voyages,tant professionnels que privés avec son épouse. Depuis qu’il est à la retraite, il se forme avec des “MOOC” en œnologie. Il adhère même à un Groupement Foncier Viticole dans la région de Châteauneuf du Pape et à un autre en Champagne, “une façon sympathique de soutenir les producteurs, d’en apprendre plus sur la production et de goûter les millésimes”.

PRÉSIDENT DU CLUB ŒNO

En 2013, il a rejoint le club œno d’Uniagro, dont il est devenu le président cette année. Je trouve la formule intéressante : une fois par mois, une personne du groupe présente 4 bouteilles. La thématique est laissée à son initiative : soit un cépage dans des régions différentes soit des cépages différents d’une région. C’est donc une découverte à chaque fois et la surprise lors de la dégustation à l’aveugle. Chacun rapporte des vins de ses rencontres avec les producteurs ou de ses voyages. Le tarif est abordable, autour de 10-15 euros. Nous sommes une dizaine et c’est ouvert à tous. Ca se passe à la maison des agronomes, quai Voltaire, à Paris.” Et si on demande à Francis ce qui fait l’originalité de la dégustation, il répond “J’aime commenter  la  qualité   du   bouchon par rapport à la qualité du vin.”  Alors  si vous avez envie de faire partie de ce club, contactez Francis via contact@uniagro.fr.

 

 



Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer une annonce